Les aides à la création

Question écrite du Député Laurent HENQUET

à la Vice-Présidente du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Ministre de l’Enseignement Obligatoire, de la Petite Enfance, des Bâtiments Scolaires et de la Culture Joëlle Milquet

OBJET : Aides à la création

26/01/2015

Madame la Ministre,

L’Euro-baromètre souligne que 47% des belges manquent d’intérêt pour la culture. Dans le Soir du mardi 20 janvier, vous développez votre projet culturel dans l’espoir d’inverser cette tendance. Parmi les mesures que vous envisagez, vous prévoyez dans votre plan d’avenir un budget de 600.000 € d’aides à la création et 150.000 € de moyens supplémentaires pour le théâtre jeune public. Aussi louable soit-elle, votre initiative semble en contradiction avec la tendance budgétaire de cette année 2015 tant les budgets alloués à la culture sont majoritairement en diminution si on les compare avec les chiffres de 2014.

Madame la Ministre, je souhaite donc vous poser la question suivante :

Dans le cadre de ce plan d’avenir que vous esquissez via la presse, comment comptez-vous budgétiser le refinancement culturel que vous prévoyez?

 

 

Réponse à la question écrite n° 194 de Monsieur HENQUET du 26 janvier 2015 à Madame Joëlle MILQUET, Vice-présidente et Ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance

Objet : Aides à la création

03/03/2015

A votre question sur le financement du plan d’avenir que j’envisage pour la Culture, je vous répondrai en deux temps :

  1. Le budget supplémentaire de 600.000 € pour les aides à la création et de 150.000 € pour le jeune public ont été dégagés dans le cadre de l’élaboration du Budget initial 2015.

 

Malgré la fixation de la trajectoire budgétaire, cela a été rendu possible notamment grâce :

 

– aux efforts en matière d’étalement d’investissements dans les infrastructures ;

– aux efforts demandés dans les budgets purement facultatifs et non récurrents ;

– via 3% d’économies sur les frais de fonctionnement de l’administration.

Ces choix ont permis non seulement d’immuniser mais aussi de réinvestir dans les secteurs clé de la création et du jeune public en augmentant les budgets relatifs :

  • au soutien à la création artistique dans toutes les disciplines et notamment les disciplines émergentes : arts numériques, arts plastiques, cirque, arts de la rue et arts forains, conte, danse, lettres, musique, théâtre. Il était nécessaire que les artistes, et non uniquement les institutions, soient remis au centre ;
  • au développement des initiatives « culture-école » et au Théâtre Jeune Public afin d’éveiller au plus tôt les jeunes à l’art grâce à l’augmentation du soutien au programme Spectacles à l’Ecole et de l’aide à la création.
  1. Dans un second temps et pour l’avenir, je souhaite travailler à une rationalisation des budgets de la culture.

Comment faire mieux avec ce que l’on a compte tenu du contexte budgétaire difficile ? Pour ce faire je souhaite :

  • recibler nos politiques, clarifier, et objectiver le budget, dégager des marges en provenance d’une optimalisation dans l’organisation et le fonctionnement des institutions, et la réduction des coûts de fonctionnement via de nouvelles règles, la mutualisation des coûts, des centrales d’achats, des partenariats étroits entre institutions, des cahiers des charges plus contraignants ;
  • inciter, objectiver nos mécanismes de subventionnement, éviter le saupoudrage, remettre plus d’équité entre certaines institutions d’un même secteur et mettre l’accent sur l’importance des recettes propres et des méthodes adéquates pour y arriver ;
  • clarifier dans les budgets et flux financiers des institutions la part artistique, la part opérationnelle, la part structurelle et celle réservée aux missions spécifiques ;
  • renforcer le financement extérieur via : la création d’un fonds destiné à recueillir des dons pour la promotion de la culture francophone ; un décloisonnement avec l’entrepreneuriat culturel, des cofinancements avec d’autres niveaux de pouvoir, des cofinancements publics-privés, le développement du crowdfunding, l’augmentation des moyens d’actions et du rôle du fonds St’art, le développement du tax shelter notamment pour les arts de la scène qui est une priorité à obtenir du Gouvernement fédéral tout comme un meilleur encadrement légal des financements alternatifs, le développement d’un mécénat et sponsoring enfin définis dans la loi avec des incitatifs fiscaux clairs et des procédures d’agrément fiscal facilitées, la reconnaissance des apports en nature (mise à disposition de lieux, de billets) et en compétence à titre de mécénat et le renforcement du micro-crédit pour les petits entrepreneurs des industries culturelles et créatives.

Il sera également opportun d’imaginer « des bourses artistiques » sous forme de rencontres entre les créateurs, les industries culturelles et créatives après une préparation de dossiers.

C’est bien, entre autre, ce à quoi je souhaite m’atteler.

 

 

Joëlle MILQUET

Vice-présidente et Ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance