Le projet de nouveau Palais des expositions de Namur (Belgrade) financé via les fonds structurels européens

Question écrite du 17/11/2014
  • de HENQUET Laurent
  • à MAGNETTE Paul, Ministre-Président du Gouvernement wallon

Pour rappel, les opérateurs avaient jusqu’au 15 mai dernier pour faire acte de candidature dans le cadre de la prochaine programmation des Fonds FEDER 2014-2020.

L’actuel Namur Expo, situé à Salzinnes, présente plusieurs inconvénients (faible superficie, absence de modularité, gros problème de parking, accessibilité médiocre et mauvaises performances énergétiques). C’est pourquoi le Bureau économique de la Province de Namur (BEP) en a profité pour introduire un ambitieux projet de construction d’un nouveau centre d’exposition (cinq halls de 5 000 m², 2 500 places de parking et incubateur de 450 m²), pour l’accueil d’entreprises en lien avec les secteurs d’activités du palais.

Le site des casernes de Belgrade a été retenu par le BEP pour accueillir ce projet dont le coût est estimé à environ 45 millions d’euros.

Toutefois, un dossier (ci-joint) porté par les riverains de Belgrade tend à démontrer que cette localisation n’est pas la plus optimale et que d’autres sites environnants seraient sans doute plus appropriés à recevoir de telles installations.

En effet, le quartier des casernes est situé en zone résidentielle et accueille de nombreuses habitations ainsi que le Domaine des guides et scouts de Belgrade. Il est évident que le trafic engendré par le nouveau palais des expositions et la construction d’une nouvelle voirie vont considérablement modifier la vie de ce secteur qui demeure, à l’heure actuelle, assez calme. L’interpellation citoyenne liste ainsi un nombre d’externalités négatives qui découleraient directement de cette nouvelle implantation.

Et de proposer, dans un esprit positif, pour mener à bien ce projet essentiel pour Namur, le site du parc généraliste Ecolys. Celui-ci est une propriété du BEP. Encore loin d’afficher complet, il offrirait l’avantage de la proximité directe avec les grands axes que sont les autoroutes E42 et E411, sans pour autant nuire aux riverains, ni causer davantage de problèmes de circulation à l’entrée directe de la ville, déjà fortement engorgée.

Je souhaite donc poser la question suivante qui appelle une réponse claire.

Dans l’hypothèse où les fonds européens seraient accordés au BEP pour la construction dudit palais des expositions et en cohérence avec les différents objectifs définis par votre gouvernement, notamment en termes de développement territorial équilibré et durable, Monsieur le Ministre-Président n’estime-t-il pas qu’il soit préférable et pertinent, pour un projet de cette nature et de cette envergure, de privilégier un site plus proche des nœuds autoroutiers plutôt qu’un espace situé au cœur d’un de nos villages, lieu de vie préservé de nombreuses familles et mouvements de jeunesse ?

 

Réponse du 08/12/2014
  • de MAGNETTE Paul

En réponse aux éléments de la question écrite de l’honorable membre portant sur mes compétences, il est porté à sa connaissance les éléments suivants relatifs au projet de nouveau Palais des expositions de Namur déposé dans le cadre de l’appel à projets FEDER :

Le Gouvernement wallon a décidé de garantir l’objectivité du processus de sélection des projets de la programmation 2014-2020 des fonds structurels en recourant, comme lors de la programmation 2007-2013, à une task force de sélection des projets.

Cette task force indépendante est composée d’experts du monde universitaire dans les différentes thématiques développées et de représentants du monde de l’entreprise. Elle est, par ailleurs, animée par un consultant extérieur, désigné sur base d’un appel d’offres.

Pour rappel, ce mode de sélection, propre à la Wallonie, a été salué à de nombreuses reprises par la Commission européenne.

La task force a pour mission d’examiner les projets déposés et d’émettre des recommandations à l’attention du Gouvernement wallon qui, in fine, sélectionne les projets sur cette base, sachant qu’il ne peut déroger à ces recommandations qu’à hauteur d’un maximum de 5 % du budget.

Les critères sur base desquels la task force analyse les différents portefeuilles de projets ont été élaborés par le consultant externe, en bonne intelligence avec les membres de la task force.

L’examen des portefeuilles porte notamment sur :
– l’éligibilité de chacune de ses composantes ;
– la stratégie des portefeuilles au regard de la Stratégie « Europe 2020 »  et du contenu du programme opérationnel ;
– la cohérence du portefeuille et les effets multiplicateurs des projets qui le composent ;
– les forces, faiblesses, opportunités et menaces de chaque projet et de son environnement dans le cadre d’une analyse SWOT ;
– un avis d’opportunité étayé, remis par le consultant externe.

Cette analyse approfondie tant quantitative que qualitative permet à la task force de proposer une hiérarchisation des projets sur base de critères stratégiques et budgétaires.

L’objectivation et la transparence sont les concepts clefs qui ont guidé la mise en place de cette task force de sélection des projets FEDER et FSE afin que les fonds structurels européens demeurent un outil majeur du redressement socio‑économique de la Wallonie.

La task force analyse en ce moment les différents portefeuilles déposés et n’a pas encore remis ses recommandations au Gouvernement.

L’honorable membre comprendra, dès lors, qu’il n’est pas indiqué de porter, à ce stade, un jugement de valeur sur un projet en cours d’analyse, afin de ne pas interférer dans les décisions qui seront prises par la task force instituée à cet effet.