La sécurisation de la « N4 urbaine » à Saint-Servais/Belgrade

  • Question écrite du 29/08/2014

de HENQUET Laurent
à PREVOT Maxime, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine

La Chaussée de Waterloo et l’Avenue Abras, communément rassemblées sous le nom de « N4 urbaine », constituent une des principales artères qui permettent d’accéder au centre de Namur. Cet axe permettant de rejoindre l’E42 est dès lors très fréquenté.

Depuis 2006, un comité de riverains de Saint-Servais se mobilise afin que les autorités politiques compétentes rendent cette chaussée plus sûre. En effet, la N4 urbaine fut, à plusieurs reprises ces dernières années, le théâtre d’accidents mortels. Une liste des points noirs de cette chaussée a été constituée par le comité et transmise aux autorités dès 2008.

Or, après toutes ces années, et un nouvel accident mortel survenu début juillet 2014, les riverains n’ont pas l’impression que des améliorations majeures sont intervenues.

Ces riverains doivent sans doute se réjouir à l’idée que leur Bourgmestre, qui connaît si bien ce dossier et les réalités du terrain, soit à présent Ministre en charge des infrastructures routières. Monsieur le Ministre, le 13 novembre dernier, à l’occasion d’une question orale au Ministre Carlo Di Antonio, déclarait concernant la N4 urbaine : «c’est une voirie sur laquelle les accidents sont trop nombreux; les gens se comportent souvent comme des Fangio». En outre, Monsieur le Ministre témoignait d’ «une volonté très forte qu’un aménagement du site puisse être opéré dans les meilleurs délais».

Par ailleurs, il apparaît qu’une étude sur le devenir de la chaussée devait être présentée fin du premier semestre 2014.

Je souhaiterais dès lors demander à Monsieur le Ministre quels sont les résultats de l’étude ?

Les attentes des riverains ont-elles été prises en compte ?

Des aménagements sont-ils prévus sur cette chaussée ? Si oui, lesquels ? Dans quels délais et selon quels budgets ?

  • Réponse du 23/09/2014

de PREVOT Maxime

Une étude de mobilité sur cet axe routier est bien actuellement en cours et n’est pas terminée. L’étude s’intitule « Étude d’aménagement et d’exploitation de la chaussée de Waterloo – N4 ».

Par ailleurs, ces aménagements autour de la gare, la création d’un P+R à Belgrade et le choix d’ une stratégie générale de mobilité à définir par les TEC et la Ville de Namur ainsi qu’un grand nombre d’attentes dont celles des riverains, doivent être intégrés dans l’étude des aménagements qui est en cours. Elle s’avère complexe vu l’étendue du tronçon, le nombre important de carrefours à modifier et la fréquentation importante sur cette voirie.

Il est trop tôt au stade actuel de l’étude pour s’avancer sur les aménagements précis qui seront réalisés ainsi que leur coût.

Je peux toutefois confirmer qu’il est dans mon intention de trouver la meilleure solution de réaménagement et de sécurisation de cette importante artère de Namur, par ailleurs bordée de très nombreux riverains.