Les économies dans les services administratifs

Question orale de M. Henquet à M. Lacroix, Ministre du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative, sur « les économies dans les services administratifs »

19/01/2015

 

M. Henquet (MR). – Monsieur le Ministre, vous n’êtes pas sans savoir que votre homologue, Monsieur Flahaut, en charge du budget et de la fonction publique en Fédération Wallonie-Bruxelles, a décidé de s’engager dans une tournée d’un mois et demi, qui va le conduire du 29 janvier au 11 mars. Il souhaite faire le tour de tous les services administratifs, simplement pour essayer de définir les synergies qui pourraient être renforcées, essayer de retrouver les bonnes pratiques qui ont lieu çà et là et essayer de réaliser des économies pour un maximum. Comme on en a parlé tout à l’heure, les finances de la Région wallonne ne sont pas nécessairement très florissantes.
Il semblerait que ce travail ne se limite pas à l’administration communautaire, mais qu’il souhaiterait étendre cette démarche aux OIP – ce qui serait intéressant – aux pouvoirs locaux et même aux autres Régions, dont la vôtre.
Dans cette optique, une rencontre était prévue entre le Ministre Flahaut et vous-même le mardi 13 janvier dernier pour évoquer ce projet. Nous sommes le 19. J’ai quatre questions à vous poser.
Confirmez-vous avoir rencontré le Ministre Flahaut pour faire ce grand état des lieux de ce qui pourrait être amélioré au niveau de la fonction publique ?
Si oui, êtes-vous sur la même longueur d’onde que lui ?
Troisièmement, comptez-vous entamer la même démarche  ?
Quatrièmement, comme lui le suggère également, allez-vous ouvrir cette démarche-là aux députés qui seraient intéressés ?
Je vous remercie.

M. Lacroix, Ministre du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative. – Monsieur le Député, les rencontres entre ministres sont bien entendu monnaie courante, en particulier quand ils partagent des compétences identiques à différents niveaux de pouvoir, ce qui est le cas avec mon collègue, M. André Flahaut.
Ces contacts sont importants pour conserver une cohérence dans nos politiques en Wallonie et en Fédération, particulièrement en fonction publique et en budget. Je suis particulièrement attentif sur ce point et je peux donc vous rassurer concernant la dernière partie de votre question. En outre, la cohérence ne dépend pas uniquement de la présence d’un ministre identique à deux niveaux de pouvoir.
C’est ce qui était prévu, mais que vous n’avez pas dit. L’existence de structures communes entre la Wallonie et la Fédération, aussi bien en simplification administrative, et analyse financière ou encore en formation du personnel – je pense à e-WBS, à l’EAP, à la CIF – sont des garants de la cohérence des politiques menées.
Nous nous sommes donc effectivement rencontrés dernièrement avec mon collègue, mais nos échanges ont plus particulièrement porté sur le contexte budgétaire actuel et sur le calendrier de nos futurs travaux à présenter aux Gouvernements.
Concernant le projet du Ministre Flahaut de s’engager dans une tournée des services administratifs, même si l’initiative me paraît intéressante, je n’envisage pas d’en faire de même en Wallonie. Vous le savez, la dispersion des services et le nombre de structures connexes, en particulier depuis les récentes décisions de l’ICN, sont fortement différents entre la Fédération et la Wallonie, ce qui rend l’exercice beaucoup moins pertinent et efficace au niveau de notre Région. Par exemple, comme j’ai 164 entités consolidées qui font partie du périmètre, si je commence à rencontrer les 164 à raison d’au moins une demi-journée par entité, je ne sais pas comment je vais faire. Cela ne veut évidemment pas dire que je ne suis pas attentif à toutes les possibilités d’économie d’un service administratif. Je vais d’ailleurs rencontrer les structures qui dépendent directement de moi en tant que ministre du Budget et de la Fonction publique.
J’ai fait cela en novembre et en décembre et j’ai donc eu un contact particulier, non seulement avec la hiérarchie, mais tous les agents – en tout cas, ceux qui étaient présents, donc ceux qui n’étaient pas malades ou en congé – et ma porte est évidemment ouverte à tous ceux qui pourraient, de manière proactive, présenter des outils de simplification et d’économie dans les services administratifs.
M. Henquet (MR). – C’est vrai que j’allais conclure en disant que sous la législature précédente, c’était le même ministre du Budget dans les deux entités, c’était le même ministre dans la fonction publique et donc on allait vers une cohérence qui était plus importante puisque c’était la même personne qui incarnait les deux entités.
Quand je vous dis : « Est-ce que cela ne vous intéresse pas de le faire ? », vous dites-vous avez 164 groupements à contrôler ; je comprends évidemment la difficulté. Il n’empêche que la démarche est intéressante. Peut-être que vous pourriez envoyer ou confier cette mission à l’un de vos collaborateurs. Je ne le demande évidemment pas à vous. Je ne sais pas si M. Flahaut a beaucoup de temps à perdre, mais c’est vrai que cela va lui prendre tout de même pas mal de temps. Si l’on veut essayer d’améliorer le système au niveau de la fonction publique, envoyer quelqu’un d’autre qui pourrait essayer de faire un recensement, un catalogue, un inventaire de toutes les bonnes pratiques, comme cela se fait un peu partout, cela ne pourrait être que bénéfique. C’est dommage que vous ne l’entamiez pas parce que sur base de la question : « Allez-vous ouvrir aux députés intéressés ? », je vous aurais répondu : « Je suis intéressé ». Mais si vous ne le faites pas, je ne vous accompagne pas.